Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-Pierre SILVESTRE
  • Le blog de Jean-Pierre SILVESTRE
  • : Un regard décalé et humoristique sur les faits de Société. Des conclusions que vous ne trouverez nulle part ailleurs !
  • Contact

Profil

  • Absalon
  • J'ai 5 ans et je m'éclate au volant. Souriez !
  • J'ai 5 ans et je m'éclate au volant. Souriez !

Recherche

Articles Récents

Catégories

22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 19:34

Officiellement aboli dans le monde entier, il est bien loin d’avoir disparu.
Il connaît même un regain de prospérité avec la mondialisation.
Il se cache soigneusement derrière des faux-semblants.
Son organisation moderne présente de nombreux avantages par rapport à la tradition.
Plus besoin de déporter les esclaves, ils sont exploités sur place.
On leur verse, sous forme de « salaire » de maigres indemnités qui leur permettent à peine de survivre en achetant, eux-mêmes, de quoi s’alimenter chichement.
Les esclavagistes n’ont plus besoin de se préoccuper de leur nourriture (un souci en moins) et ils peuvent prétendre qu’ils utilisent les services de gens libres puisqu’ils sont « salariés »
Ils assument d’autant moins leurs responsabilités qu’ils corrompent les dirigeants et notables locaux pour qu’ils deviennent les seuls responsables de l’exploitation de la misère !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Richard LEJEUNE 23/12/2014 09:50

C'est effectivement une bien triste réalité, Jean-Pierre.
Qui porte un autre nom certes, plus politiquement correct, mais qui englobe un même mode de survie ...

Jean-Pierre 23/12/2014 15:41

Quand on pense aux immenses progrès scientifiques et technologiques de notre Société du XXIème siècle. Tout ça pour en arriver là ! C'est vraiment lamentable !!!

lizagrèce 22/12/2014 21:09

L'esclavage n'est plus dans les pays lointains car comment appeler autrement les emplois à 1 euro de l'heure offerts par nos voisins Germaniques ?

Jean-Pierre 23/12/2014 15:36

Je crois qu'il s'agit d'une trouvaille de Thatcher, d'abord appliquée en Grande-Bretagne puis en Allemagne, elle témoigne du grand mépris dans lequel son instigatrice tenait la classe ouvrière