Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-Pierre SILVESTRE
  • Le blog de Jean-Pierre SILVESTRE
  • : Un regard décalé et humoristique sur les faits de Société. Des conclusions que vous ne trouverez nulle part ailleurs !
  • Contact

Profil

  • Absalon
  • J'ai 5 ans et je m'éclate au volant. Souriez !
  • J'ai 5 ans et je m'éclate au volant. Souriez !

Recherche

Articles Récents

Catégories

16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 17:30

Au XXIème siècle, la technologie a atteint un très haut niveau.
Nous savons faire des tas de choses dont nos grands-parents n’avaient pas l’idée.
Nos usines sauraient fabriquer des assiettes et des verres incassables dans une matière imitant parfaitement la porcelaine ou le verre
Elles sauraient produire des vêtements inusables, des robots de cuisine, des lave-linge, des lave-vaisselle indestructibles et plein d’autres choses qui n’auraient pas besoin d’être renouvelées.
Mais pourquoi ne le font-elles pas ?
Parce que notre Société est dominée par le fric. Les industriels n’ont pas intérêt à proposer des produits inaltérables.
Il est de plus en plus fréquent que les fabricants d’électroménager introduisent dans leurs appareils une puce destinée à limiter leur « durée de vie » autrement dit « l’obsolescence programmée »
Ils se garantissent ainsi contre la satisfaction définitive des besoins qui leur ferait perdre leur marché…    

 

Repost 0
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 17:31

Avez-vous entendu parler des usines Mercedes de Slovénie ou du Bangladesh ? Non ? C’est normal, elles n’existent pas !
Les Entreprises allemandes ne délocalisent pas, elles ne robotisent pas non plus. C’est ce qui explique, avec l’agressivité commerciale, le faible nombre de chômeurs chez nos voisins d’outre-Rhin.
Jusqu’à un passé récent, le salaire minimum n’existait pas en Allemagne, ce qui permettait aux patrons de verser ce qu’ils voulaient à leurs salariés ; inutile, donc d’avoir recours aux esclaves bangladais. Seuls les Britanniques ont fait mieux avec les contrats « 0 heure » qui leur permettent de maintenir des millions de travailleurs dans la pauvreté tout en les excluant des statistiques du chômage..
Depuis peu, un salaire minimum est imposé en Allemagne, bien inférieur au SMIC français mais qui suscitera, sûrement des idées de délocalisations et - on commence à en entendre parler - de robotisation des usines.
François Hollande qui essaie d’imiter le « modèle économique » germanique a un train de retard…

 

Repost 0
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 22:39

C’est la caractéristique de notre époque ! Elle est partout, pas seulement chez les djihadistes du soi-disant « État islamique » qui veulent un retour à une Société pré médiévale mais aussi dans notre vie quotidienne.
On se demande pourquoi les Allemands ne connaissent qu’un faible nombre de chômeurs : c’est grâce à une politique de bas salaires liée à une agressivité commerciale qui semble les conduire vers un monopole de la production européenne. Pas de délocalisations de leurs Entreprises. L’instauration, récente, d’un salaire minimum va-t-il changer la donne ? C’est peu probable, son niveau est trop bas pour rendre les esclaves asiatiques concurrentiels.
En Grande-Bretagne, c’est pire, on se targue d’y avoir éradiqué le chômage mais c’est en y faisant travailler les chômeurs potentiels pour un salaire inférieur aux indemnités qu’ils toucheraient chez nous sans avoir la moindre activité professionnelle.
Et en France ? Il faudrait réduire les coûts de production en baissant les salaires et en augmentant le temps de travail. C’est, évidemment, la solution préconisée par le MEDEF avec le soutien du gouvernement « socialiste »
Le progrès pour tous, ce n’est pas d’actualité. Ses bénéfices sont réservés aux plus riches.
Les classes moyennes et les pauvres doivent succomber à une récession sociale sans précédent.
Mais comment une large majorité de nos concitoyens peut-elle adhérer à un tel programme ?

 

Repost 0
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 14:06

Il est silencieux. Il ne récrimine pas. Il ne revendique pas. Il ne fait jamais grève.
Il ne prend pas de vacances. Il n’est jamais malade. Il peut avoir une légère indisposition mais c’est réglé en quelques minutes et il rejoint aussitôt son poste.
Il peut travailler 7 jours sur 7, 24 heures par jour du 1er janvier au 31 décembre sans toucher le moindre salaire
Le gouvernement peut toujours offrir des primes à la création d’emplois, les patrons choisiront toujours d’embaucher un robot plutôt qu’un salarié.

 

Repost 0
5 janvier 2016 2 05 /01 /janvier /2016 23:29

Dans les Entreprises, les salariés sont de plus en plus considérés comme des gêneurs, des obstacles à l’enrichissement des patrons et de leurs actionnaires, d’où les délocalisations et la robotisation des tâches.
Le but est la suppression totale de ces « parasites »
Ils ne sont plus considérés comme des êtres humains faisant partie d’une Société dont tous les membres sont solidaires mais comme des entraves qui doivent être écartées pour accéder plus rapidement à la plénitude de la fortune

Repost 0
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 17:57

62.600 faillites d’Entreprises en 2014 !
Bravo ! C’est 10% de moins qu’en 2013 !
Faut-il se gargariser avec cette « performance » sachant qu’elle sous-entend un nombre équivalent d’échecs ? Plusieurs dizaines de milliers d’individus qui espéraient faire vivre leur famille grâce à leur compétence professionnelle et qui se retrouvent chômeurs non secourus, plongés dans la précarité.
Est-ce ainsi que les hommes vivent ... (Aragon)

 

Repost 0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 22:56

Aggravée par les délocalisations, la destruction des emplois continue au rythme de plusieurs milliers par jour.
Comme si ça ne suffisait pas, le patronat réclame et obtient  le recul de l’âge de la retraite et l’accroissement du temps de travail. Dans le privé, l’abolition des 35 heures est entrée dans les faits.
Il faut être com-pé-ti-tif. Dans un système où la concurrence est internationale, y compris sur notre propre sol, il est évident que ce sont les méthodes de gangster qui permettent de faire le maximum de profit.
Il n’est pas question d’adapter l’Économie en fonction des intérêts de l’ensemble de la population.
Cette dernière est considérée comme quantité négligeable. Peu importe au patronat que la pauvreté se développe.
Il agit comme s’il n’avait pas besoin de consommateurs. Il n’a aucune visée à longue échéance !
Le réveil sera très douloureux !

 

Repost 0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 18:45

L’une des obsessions des doctrinaires du capitalisme, c’est la réduction des dépenses de l’État afin de diminuer ses ressources donc de réduire les impôts des riches.
Sous la pression des lobbys, le gouvernement doit donc se désengager des investissements.
À terme, il devra transférer au privé la gestion de l’éducation, des soins, de la couverture sociale, de la police…
Déjà, la recherche médicale a été totalement abandonnée aux laboratoires.
Leur seul objectif : le profit
Il ne faut pas s’étonner si aucune exploration n’est faite sur les remèdes éventuels pouvant soigner les maladies rares.
La recherche aboutissant à la découverte de médicaments efficaces ne serait pas financièrement rentable.
Si vous êtes malheureusement affecté par l’une de ces maladies dites orpheline qui ne touche que quelques dizaines de milliers de malades, n’attendez pas qu’on lui trouve un remède
Vous pouvez crever ! Vous n’intéressez pas les labos…

 

Repost 0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 18:14

On veut nous faire croire qu’il s’agit d’une discipline obéissant à des règles complexes, nécessitant le recours à des spécialistes pour être maîtrisée
En réalité, c’est un système très simple, le contrôle, au niveau de chaque pays, des flux financiers.
Quels pourcentages du PIB doivent revenir aux banquiers, aux salariés, aux chômeurs, aux entrepreneurs, aux actionnaires…
Mais dans aucun pays, quel que soit son régime politique, on n’a jamais réussi à équilibrer les comptes. C’est toujours la loi du plus fort qui s’est imposée.
Concussion, prévarication des gouvernants, toujours à la botte des plus riches et qui ont voulu et réussi à intégrer la catégorie des nantis.
Dans ces conditions, il serait difficile de trouver une nation où les richesses auraient été réparties équitablement, où la pauvreté aurait été éradiquée (ce serait pourtant très facile avec la technologie actuelle) laissant la place à une classe moyenne devenue le niveau le plus bas mais avec un mode de vie confortable

 

Repost 0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 18:29

Dans un pays comme la France… ou la Belgique ou n’importe lequel des États de l’Europe occidentale, est-il normal que des gens crèvent de faim ?
Est-ce le rôle de simples citoyens de secourir ceux qui vivent dans le dénuement en finançant des associations philanthropiques comme, en France, les Restaurants du cœur ?
Deux théories s’affrontent :
1/ Ce sont les gouvernements qui doivent assurer le bien-être de tous leurs administrés, personne ne doit intervenir à leur place.
Ceux qui le font les déchargent de leurs responsabilités. C’est toujours des dépenses en moins à prélever sur le budget de la Nation
2/ Puisque les gouvernants ne font pas leur devoir, il faut bien se substituer à eux et subvenir aux besoins des pauvres.
Mais que se passerait-il si les possibilités des philanthropes étaient dépassées par l’affluence des nécessiteux ?
Nous risquons de bientôt le savoir, les progrès incessants des technologies n’enrayent pas le développement de la précarité, bien au contraire.
Le nombre des nantis connaît une croissance exponentielle, comme leur richesse.
Parallèlement, les démunis sont de plus en plus nombreux et de plus en plus pauvres. Il faut bien prendre l’argent quelque part !
Aucun gouvernement ne trouve quoi que ce soit à y redire…
Un petit espoir du côté de la Grèce et de l’Espagne ?

 

Repost 0